Publication scientifique


microbiote intestinal : le couteau suisse de la nutrition chez la drosophile

Une équipe de l'institut de génomique fonctionnelle de Lyon* ont mis en évidence le rôle des bactéries du microbiote intestinal chez la drosophile. Les résultats sont publiés dans PLoS Biology. .

Une croissance juvénile optimale repose sur une alimentation diversifiée et des études récentes démontrent le rôle important du microbiote intestinal dans ce processus. Une étude publiée dans la revue PLoS Biology, utilisant la drosophile, deux de ses partenaires bactériens majeurs et des milieux nutritionnels chimiquement définis, met en évidence comment des bactéries du microbiote intestinal maintiennent une croissance saine de leur partenaire animal malgré l’absence de nutriments normalement essentiels à sa croissance.


La croissance juvénile, définie comme la prise de poids et de taille lors de la période pré-pubère, est fortement impactée par l’alimentation. Des carences nutritionnelles durant cette période peuvent provoquer de graves retards de développement chez l’animal et chez l’Homme. Des études récentes ont montré que les bactéries du microbiote intestinal jouent un rôle important dans ce lien entre nutrition et développement, mais ce rôle est encore mal compris.


Les scientifiques ont utilisé un modèle simple d’interactions entre un hôte animal, la drosophile, son microbiote et sa nutrition. Ce modèle permet le contrôle du microbiote par l’utilisation de larves de drosophiles gnotobiotiques (c.a.d. avec un microbiote connu et contrôlé) : des larves axéniques, (c.a.d. dépourvues de microbiote) que les chercheurs ont associées avec deux espèces bactériennes commensales de la mouche : Acetobacter pomorum (Ap) et Lactobacillus plantarum (Lp). Ce modèle expérimental permet également un contrôle fin de la nutrition en élevant ces larves gnotobiotiques sur des milieux nutritifs chimiquement définis contenant 39 nutriments purifiés (vitamines, lipides, acides aminés, sels minéraux…).

Lire l'actualité complète sur le site du CNRS.

© photo : Vincent Moncorgé


Pour en savoir plus
 :

Drosophila-associated bacteria differentially shape the nutritional requirements of their host during juvenile growth.
Consuegra J, Grenier T, Baa-Puyoulet P, Rahioui I, Akherraz H, Gervais H, Parisot N, da Silva P, Charles H, Calevro F, Leulier F.
PLoS Biol. 2020 Mar 20;18(3):e3000681. doi: 10.1371/journal.pbio.3000681. [Epub ahead of print]

Institut de Génomique Fonctionnelle de Lyon (IGFL - ENS Lyon / Université Claude Bernanrd Lyon 1)

Publié le 26 mars 2020 Mis à jour le 31 mars 2020