Communiqué / Alerte presse


Métiers du nucléaire : signature d’une convention entre l’Université Lyon 1 et la Direction des Projets Déconstruction et Déchets d’EDF

Jeudi 27 mai 2021, la Faculté des Sciences de l’Université Lyon 1 et la Direction des Projets Déconstruction et Déchets* (DP2D) d’EDF ont signé une convention de partenariat dans le cadre de deux formations préparant aux métiers de l’industrie nucléaire : la Licence Professionnelle Radioprotection, Démantèlement et Déchets nucléaires (RD2) et le Master SYnthèse, VIeillissement et Caractérisation des matériaux pour le nucléaire et les énergies nouvelles (SYVIC).

La convention vient d’être signée, Jeudi 27 mai 2021, sur le campus LyonTech - la Doua, par Frédéric Fleury, Président de l’Université Claude Bernard Lyon 1, et Gilles Giron, Directeur Adjoint de la Direction des Projets Déconstruction et Déchets d’EDF. Ce partenariat permettra de faciliter la mise à disposition d’experts d’EDF pour participer à la formation et au développement des connaissances des étudiants. Il acte et renforce une collaboration historique entre EDF et l’Université. Cette convention illustre également le rapprochement du monde de l'entreprise et de l'université afin de favoriser l'insertion professionnelle des étudiants et de permettre aux formations de mieux répondre aux besoins de la filière.

Des liens étroits sont tissés depuis plusieurs années entre les deux partenaires, avec notamment l’établissement d’une convention « chapeau » avec EDF. Le partenariat a fructifié et s'est fidélisé, au travers notamment des formations aux métiers du nucléaire, et se concrétise aujourd’hui par la signature d’une convention de partenariat.

Signature
Signature

La convention a été signée le 27 mai 2021 par Frédéric Fleury, Président de l’Université Claude Bernard Lyon 1 (à droite), et Gilles Giron, Directeur Adjoint de la Direction des Projets Déconstruction et Déchets d’EDF (à gauche).

edf
edf

Crédit photos : Eric Le Roux - Direction de la communication Lyon 1
 

Télécharger l'invitation presse.
 

Liste des actions de partenariat réalisées dans le cadre de la convention :

• Actions réalisées par la DP2D d’EDF :

- présentation de séminaires par des experts du domaine de compétence de la DP2D autour de différents thèmes (démantèlement, déchets…)

- participation de la DP2D au Conseil de Perfectionnement de la L Pro RD2

• Actions réalisées par l’UFR Faculté des Sciences, Département de Physique

- Transmission aux étudiants des coordonnées du site « EDF Recrute » ou de l’interlocuteur EDF DP2D, afin qu’ils puissent transmettre leur CV.

- Accès des personnels EDF/DP2D aux écoles thématiques du Master SYVIC « Vieillissement des matériaux » et « Enjeux du nucléaire et développement durable » ou éventuellement d’autres UE spécifiques des formations RD2 et SYVIC (radioactivité, interactions rayonnement matière, détection…), en cas de besoin d’approfondissement et/ou de veille technologique.


La licence professionnelle RD2

La Licence Professionnelle « Radioprotection, Démantèlement et Déchets nucléaires : chargé de projets » (RD2) de la Faculté des Sciences et Technologies, 1ère formation en alternance du département de Physique, a été créée en septembre 2009, par Nathalie Millard-Pinard, enseignante-chercheure à l’Université Lyon 1, en concertation avec le Centre d’Ingénierie Déconstruction et Environnement (CIDEN), ancienne entité d’EDF.

Formation aujourd’hui bien implantée au niveau national, la licence professionnelle RD2 aborde actuellement une phase d’épanouissement. Ses débouchés sont nombreux, ses effectifs croissent régulièrement, les contrats d’alternance offerts aux entreprises se diversifient, la Formation Continue vient compléter la Formation Initiale, la Validation d’Acquis de l’Expérience est également une voie d’obtention du diplôme. Toutes les voies possibles de formation à la licence professionnelle RD2 sont offertes aux candidats.

Une récente enquête a montré que 100% des diplômés de la L Pro RD2 trouvent un CDI dans le domaine du nucléaire après une durée moyenne de recherche d’emploi de 2 mois.

« Les actions menées auprès de EDF, Framatome et Nuclear Valley (pôle national de compétitivité de l’industrie nucléaire) devraient conduire à un accroissement des VAE et diplômés par Formation Continue et également, accroître encore l’attractivité de notre formation aux yeux des industriels du nucléaire » explique Nathalie Millard-Pinard. La formation a d’ailleurs été mise en lumière plusieurs fois par l’attribution de différents prix : 1er prix du Concours Fem’Energia organisé par EDF à deux étudiantes de la L-Pro (en octobre 2014 et 2017) et prix Innov’atome en 2017.

Objectifs de la formation :

La L PRO RD2 permet de former des assistants ingénieurs et des chargés de projets qui travailleront dans le secteur de la radioprotection, du démantèlement d’installations nucléaires ou de la gestion des déchets radioactifs.

La finalité de la formation correspond actuellement à une très forte demande du milieu industriel qui va continuer d’augmenter dans les décennies à venir en raison notamment du démantèlement massif des centrales nucléaires françaises.

La L PRO RD2 est la seule formation en France à inclure dans son cursus la préparation à la certification de personne compétente en radioprotection (PCR) ; ce qui constitue un atout majeur car cette certification est particulièrement prisée dans le domaine professionnel.

« La formation bénéficie d’un environnement particulièrement favorable tant sur le volet recherche que professionnel, et a su tisser des liens forts avec eux », précise Nathalie Millard-Pinard. En effet, la plupart des enseignants-chercheurs sont issus du laboratoire de recherche de l’Institut de Physique des deux infinis de Lyon (IP2I) comprenant en particulier un service de métrologie appliqué, le laboratoire radiologique environnement et expertises (Labrador) dont les thématiques sont en parfaite adéquation avec le cœur de métier de la formation (photo du détecteur germanium).


spectro
spectro

Détecteur germanium au Labrador.
 

L’ancrage dans le milieu socio-économique est très développé à la fois, au niveau local avec de nombreux enseignements dispensés par des professionnels issus du monde industriel local et national (EDF, Framatome, ONET, ASN) ainsi que par l’accueil des alternants. « On appréciera tout particulièrement le partenariat national avec Framatome bien structuré avec une convention, (2017-2020, renouvelée en 2021), favorisant notamment les enseignements des professionnels, la réalisation de projets, de stages, de visites, la participation à des forums métiers et la participation aux jurys d’admission », note Nathalie Millard-Pinard. Un autre point positif est la labellisation (en 2016) de la formation par le pôle de compétitivité Nuclear Valley favorisant des actions de réseautage des étudiants avec le milieu industriel nucléaire.
 

Alternances à EDF :
Entre 35 et 50% des alternants réalisent leur alternance à EDF ou chez un prestataire d’EDF.
Sur les différents sites des CNPE (Bugey, Cruas, Dampierre-en-Burly, Penly, Fessenheim…)
Embauches à EDF :
12 diplômés embauchés à la sortie de la formation en 5 ans.


Le Master SYVIC

La spécialité « SYnthèse, VIeillissement et Caractérisation des matériaux pour le nucléaire et les énergies nouvelles » du master de Physique, a également été créée par Nathalie Millard-Pinard en septembre 2011. Cette formation, co-habilitée avec l’INSA de Lyon (jusqu’en 2016), est enregistrée dans le répertoire du Comité des Formations en Energie Nucléaire et reconnue par l’Institut International de l’Energie Nucléaire. 

« Notre formation est reconnue par la filière nucléaire. Elle apparaît clairement au sein du CEA, se positionne comme « Formation stratégique », et s’inscrit également dans le cadre de la convention de Partenariat signée avec AREVA NP (2017-2020) » explique la responsable de la formation.

Le Master SYVIC poursuit son développement, en particulier par une ouverture vers l’international. Des étudiants du master SYVIC effectuent régulièrement leur stage au sein de l’Université de Tohoku au Japon ou en Chine (au China General Nuclear).

Depuis la rentrée 2017, et pour prendre en compte le positionnement de la France vis-à-vis de sa politique énergétique, le Master SYVIC s’ouvre aux énergies nouvelles par l’intervention de professionnels du domaine.

À l’issue de la formation, de nombreux diplômés rejoignent les laboratoires CNRS, universités, « donneurs d’ordre » du nucléaire pour s’inscrire en thèse et devenir les potentiels chercheurs du nucléaire de demain. D’autres, sont embauchés à la sortie du Master comme ingénieurs dans des entreprises du nucléaire.

Objectifs de la formation :

Les objectifs du Master SYVIC sont de former les acteurs du nucléaire de demain dans le domaine des matériaux du nucléaire, et de permettre aux jeunes diplômés de s’interroger quant à la place des énergies nouvelles (solaire, éolien, filière H2, etc...) dans le mix énergétique.

SYVIC bénéficie d’un lien fort avec les entreprises et a su nouer des liens remarquables avec les grands organismes du secteur nucléaire : EDF, FRAMATOME, CEA, lRSN, ORANO.

L’insertion professionnelle à 12 mois est de l’ordre de 30 à 40 % ; ce qui s’explique par le fait que certains étudiants décident de poursuivre en thèses financées par des dispositifs CIFRE.

Le Master profite d’un environnement de qualité avec notamment le laboratoire IP2I sur lequel il est principalement adossé.
 

Stage à EDF :
Tous les ans, des étudiants effectuent leur stage au sein d’une entité d’EDF : EDF Lyon, Marseille, Les Renardières, Saint-Marcel, CNPE du Tricastin, CNPE de Penly
Embauche à EDF :
Exemple de la promotion 2019-2020 : 3 diplômés embauchés à la sortie de la formation


Lire les interviews d'étudiants en Licence Pro RD2 et Master SYVIC.
 

Les 2 formations, L Pro RD2 et Master SYVIC, jouissent d’équipes pédagogiques impliquées et professionnelles. 

EQUIPES :

Equipe pédagogique de la L Pro RD2 : Th. Caillot, A. Cazes, L. Chaussard, J. Gascon, G. Grenier, N. Moncoffre, invités à l’événement.
Equipe pédagogique du Master SYVIC : D. Davesne, S. Gavarini, Y. Pipon, J.C. Plénet, E. Testa, invités à l’événement.
 

L’Université Claude Bernard Lyon 1 • Université de sciences, technologies, santé et sport, Lyon 1 offre à ses 47 000 étudiantes et étudiants une formation de qualité reposant sur l’excellence de sa recherche. Interdisciplinaire, tournée vers les grands enjeux sociétaux de notre temps, la recherche à Lyon 1 fait avancer la science sur son territoire comme à l’échelle internationale. Dans le secteur technologique et industriel comme dans le champ de la pédagogie, Lyon 1 est aussi une université innovante située au cœur d’un environnement attractif : une région au carrefour de l’Europe, une ville d’exception, un campus offrant une vie culturelle et sportive animée. Dans ce contexte rare, l’Université s’emploie à développer les valeurs qui lui tiennent à cœur, l’égalité, la diversité et la solidarité, et s’engage dans l’accompagnement, la création et le partage auprès de tous ceux qui la font vivre.

EDF • Acteur majeur de la transition énergétique, le groupe EDF est un énergéticien intégré, présent sur l’ensemble des métiers : la production, le transport, la distribution, le négoce, la vente d’énergie et les services énergétiques. Leader des énergies bas carbone dans le monde, le Groupe a développé un mix de production diversifié basé principalement sur l’énergie nucléaire et renouvelable (y compris l’hydraulique) et investit dans de nouvelles technologies pour accompagner la transition énergétique. La raison d’être d’EDF est de construire un avenir énergétique neutre en CO2 conciliant préservation de la planète, bien-être et développement, grâce à l’électricité et à des solutions et services innovants. Le Groupe participe à la fourniture d’énergie et de services à environ 37,9 millions de clients1, dont 28,7 millions en France2. Il a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires consolidé de 69,0 milliards d’euros. EDF est une entreprise cotée à la Bourse de Paris.

* La Direction des Projets Déconstruction et Déchets (DP2D) d’EDF conduit le démantèlement des installations nucléaires définitivement arrêtées, prépare les futures déconstructions et gère les matières et déchets radioactifs. Elle regroupe environ 650 salariés basés à Lyon, où se situe son siège, à Paris et sur 8 sites industriels.

(1) Les clients sont décomptés depuis 2018 par site de livraison ; un client peut avoir deux points de livraison : un pour l’électricité et un autre pour le gaz.

(2) Y compris ÉS (Électricité de Strasbourg).

Publié le 20 mai 2021 Mis à jour le 3 juin 2021