Campus,


Fond de solidarité : quand les étudiants financent les projets étudiants

Se soutenir entre étudiants ? C’est possible grâce au FSDIE. Ce fond de solidarité constitué par une participation lors de l’inscription universitaire permet de financer quotidiennement des projets étudiants, qu’ils soient humanitaires, sportifs, préventifs ou individuels.

Un fond de solidarité par et pour les étudiants

Le Fond de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes (FSDIE) est constitué par les étudiants lors de leur inscription à l’Université : chaque étudiant verse une somme forfaitaire, déterminée par arrêté ministériel. Elle était de 17 € pour l'année universitaire 2014-2015, soit un budget global de 420 000 euros en 2015.

Ce fond permet de participer au financement de projets divers portés par des étudiants, mais aussi d’aider des étudiants en difficultés financières par le biais d’aides sociales. L’attribution par le Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) des financements est discutée et validée principalement par les étudiants eux-mêmes au sein d’un groupe de travail du conseil, le  Groupe de Travail de la Vie Etudiante (GTVE). Ce groupe définit les objectifs et les moyens à mettre en œuvre en matière de Vie étudiante. A l’Université Claude Bernard Lyon 1, le GTVE est composé des deux vices présidents étudiants, d'élus étudiants, de représentants des associations, du Vice-Président du CEVU, d’enseignants et de responsables administratifs.

Preuve du dynamisme de la vie étudiante à Lyon 1 et de la variété des projets déposée, en 2014, 117 projets ont été retenus et ont été accompagnés par le FSDIE.

 

De nombreux projets financés chaque année

En 2014, de nombreux projets associatifs ont pu être réalisés dans les domaines humanitaires, sportifs ou préventifs. En voici quelques exemples :

Humanitaire

Les étudiants Association de Coopération avec les Territoires africains pour l’Éducation et la Santé (ACTES) organisent chaque année des missions humanitaires sur les territoires africains. Un de leurs projets est l’aide à la construction d’un dispensaire ophtalmologique et d’une maternité au Togo et a réuni, depuis 2010, une trentaine d’étudiants en kinésithérapie, ergothérapie, psychomotricité, pharmacie et médecine. En 2014, à Dzogbégan, les étudiants ont participé, à la finalisation du dispensaire. Et à Aného, 250 km plus au sud, ils ont apporté du matériel pour la maternité. Pour chaque mission, les étudiants et les acteurs locaux organisent des sessions de prévention à destination de la population locale. En 2015, des actions de prévention plus soutenues sont préparées par la nouvelle équipe de bénévoles. La prévention sera axée sur le suivi de grossesse, les moyens contraceptifs et la lutte contre le SIDA.



© ACTES

© ACTES


Sport

De nombreux projets sportifs sont portés par l’Association Sportive (AS) Lyon 1. Cette association a, par exemple, organisé la nuit du Badminton et a participé à de nombreux événements sportifs. La partie « solidaire » de l’activité de l’association organise aussi des événements sportifs, comme les « Parcours du Cœur ». Cette course de 10 km, le long des berges du Rhône, est organisée chaque année pour lutter et sensibiliser contre les risques cardio-vasculaires.

 © GAELIS

L'association sportive Lyon 1 se rassemble régulière pour des événements solidaires. Objectif : financer des associations

Prévention

L’association GAELIS (44 associations membres) lutte quotidiennement pour la santé des étudiants grâce à la prévention : distribution de préservatifs, de bouchons d'oreille et d’éthylotests. Elle mène aussi des campagnes de prévention tout au long de l'année, comme celle de la semaine « Sors de ta piaule » : durant une semaine, les bénévoles de GAELIS luttent contre la sédentarité et l’isolement en proposant des activités ouvertes à tous. Au programme : théâtre d’improvisation, soirée karaoké, zumba, atelier culinaire… Tout au long de cette semaine, les étudiants organisent aussi des stands de prévention et de sensibilisation avec le SSU afin de lutter contre le stress et la mauvaise alimentation chez les étudiants.  La semaine se clôture avec le traditionnel Tournoi inter-filières qui réunit quelques 300 étudiants des différents campus.

© GAELIS
Atelier de cuisine pour permettre aux étudiants d'avoir une alimentation équilibrée

Des projets individuels

Des étudiants individuels, hors association, peuvent aussi être soutenus. Par exemple, un étudiant a été soutenu en 2015 pour son projet « Sensibilisation aux pesticides » en 2015, qui a permis, dans le cadre de la semaine française du Développement Durable et de l’Année Internationale des sols, de monter un stand de sensibilisation aux pesticides. Destiné aux étudiants de Lyon 1, il leur a permis de gouter des aliments biologiques et non-biologiques, à l'aveuglette, d’analyser leur ressenti, et de discuter du principe de la bioaccumulation, de l'agriculture raisonnée et biologique, des prix et alternatives existantes.

 


Publié le 15 juin 2015 Mis à jour le 28 juin 2017