Université Lyon 1
Université de Lyon

Politique scientifique


La recherche à l’Université Claude Bernard Lyon 1 brille par sa diversité, son grand nombre de projets aux interfaces entre plusieurs disciplines et la qualité de sa production scientifique.

Pour la période 2011-2015, le Conseil scientifique a établi trois champs de recherche prioritaires : santé, environnement et matériaux. L’établissement inscrit ainsi sa politique dans la durée en approfondissant des champs priorisés depuis les précédents contrats quadriennaux.

Ce choix repose sur une triple analyse :
  • des forces en recherche identifiées au sein de l'établissement et chez ses partenaires ;
  • des initiatives de l'Etat et des collectivités territoriales (stratégie nationale de recherche et d'innovation, Plan Campus, outils du pacte pour la recherche, pôles de compétitivité et Schéma Régional de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche) et des résultats de l'évaluation récente des unités de recherche,
  • enfin des opportunités de recherches interdisciplinaires et de synergies locales et régionales.
Grâce à ses filiales Ezus Lyon1 et Lyon Ingénierie Projet (LIP), les 67 entités de recherche (unités de recherche et structures fédératives) de l’Université Claude Bernard Lyon 1 entretiennent des relations étroites avec les entreprises du secteur privé et répondent efficacement aux appels d'offres de recherche contractuelle nationaux et internationaux.

Témoin de l'internationalisation de l'établissement, la Charte Européenne du Chercheur a été adoptée par l'Université pour faciliter les échanges avec des établissements hors de nos frontières et l'accueil d'enseignants-chercheurs et chercheurs étrangers.

Zoom sur les priorités scientifiques

 

Santé

Points forts de la recherche en santé à l’Université Claude Bernard Lyon 1, des travaux de pointe sont menés en cancérologie, neurosciences, infectiologie, nutrition et maladies cardiovasculaires. Les thématiques de recherche aux interfaces avec la chimie, la physique et les mathématiques sont encouragées (Institut de Biologie Systémique). Parallèlement, l’établissement conduit des projets multidisciplinaires allant de la biologie fondamentale à la recherche clinique et sollicitant, entre autres, le centre d'investigation clinique. Les structures de type instituts hospitalo-universitaires en constituent un levier important.

L’Université Claude Bernard Lyon 1 porte une recherche innovante aux côtés de nombreux partenaires : Université de Lyon, hôpitaux, Centre International de Recherche sur le Cancer, RTRA et RTRS (FINOVI, Synergie Lyon Cancer, Neurodis, Centaure), pôles de compétitivité (Lyon Biopôle), grands équipements (RMN à hauts champs, laboratoire P4, CERMEP) et plateformes technologiques (imagerie, séquençage à haut débit, modèles animaux et insectarium confiné).

Environnement

La recherche en environnement à l’Université Claude Bernard Lyon 1 vise la description, la compréhension et l'ingénierie de systèmes environnementaux complexes (anthropisés ou non), y compris la remédiation, ainsi que l'étude de la biodiversité.

Cette recherche s’étend aux unités de Sciences de la Terre et de l'Univers qui en partagent certaines des préoccupations scientifiques, sociétales et méthodologiques : la structure fédérative de recherche Bioenvironnement et Santé, les unités de Chimie, Physique, Sciences de la Matière et pour l'Ingénieur, en lien avec les projets Cleantech du Grand Lyon et de la Région, le pôle Envirhônalp et le pôle de compétitivité Axelera.

L'application de la procédure REACH impose à l'Europe de contrôler l'impact des procédés de production et des propriétés des produits sur la santé et l'environnement, démarche vers une écologie chimique et une chimie écologique. L'écotoxicologie, dans son acception interdisciplinaire, est une thématique dynamique à l’Université Claude Bernard Lyon 1. En cohérence avec le projet de Centre d'Ecotoxicologie et Toxicologie Environnementale de Rovaltain et à côté des plateformes analytiques, nous soutenons des plateformes permettant des expérimentations in- ou ex-situ en conditions contrôlées afin d'étudier les réponses des organismes aux perturbations environnementales.

Matériaux

La mise au point de matériaux innovants s’appuie sur une approche multi-échelle associant démarche fondamentale et démarche appliquée, et prenant en compte les préoccupations et les besoins de la société. Les avancées significatives en science des matériaux passant souvent par le développement de nouveaux matériaux et de nouveaux procédés, il s'agit d'en avoir la maîtrise la plus complète possible depuis la conception, l'élaboration par des méthodes non conventionnelles et la caractérisation. Cette politique s'est concrétisée par la création de l'Institut des Nanotechnologies de Lyon. Les projets partagés par plusieurs disciplines sont encouragés, en particulier avec la santé dans le domaine des biomatériaux mais aussi à l'interface chimie et ingénierie (matériaux moléculaires, notamment).

L'université partage également les préoccupations mondiales de développement durable et à ce titre soutiendra les recherches fondamentales initiées pour les grands secteurs tels que l'énergie, les transports et les communications.
 

Diffusion de la Culture Scientifique, Technique et Industrielle

Le groupe de travail Patrimoine Scientifique et Diffusion de la Culture Scientifique, Technique et Industrielle (PS-DCSTI) porte la politique relative au patrimoine scientifique et technique de l’Université Claude Bernard Lyon 1, veille à sa conservation, son développement et sa valorisation dans le cadre de l’activité de recherche et d’enseignement et de sa politique éducative et culturelle.
 

Comité d’éthique en expérimentation animale

Le recours aux animaux pour la recherche et l’enseignement est encadré par un important dispositif réglementaire sous le contrôle des Ministères de l’Agriculture et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Cette réglementation a été actualisée en application de la Directive Européenne UE10/63, afin de garantir un haut niveau de respect de la sensibilité animale.

Au delà des textes réglementaires, la démarche éthique apporte des règles de conduite et des recommandations qui contribuent à Réduire le nombre d’animaux utilisés, Remplacer les expériences par des méthodes alternatives et Raffiner les techniques (règle des 3R, Russel et Burch, 1959).

De nombreux établissements publics à caractère scientifique et technologique ont créé des comités d’éthique en expérimentation animale dès les années 90. Le Comité d'Ethique en Expérimentation Animale de l'Université Claude Bernard est enregistré auprès du Comité National de Réflexion Ethique sur l’Expérimentation Animale, organisme paritaire des Ministères chargés de la recherche et de l’agriculture, des professionnels, des associations de protection animale et de la société civile. Il se conforme aux préceptes dictés dans sa Charte nationale (C2EA-55).

A partir de 2013, la France conditionne l’utilisation des animaux à des fins scientifiques à une autorisation préalable du projet par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Cette autorisation s’appuie sur la conformité à la réglementation en vigueur et sur l’avis du Comité d’Ethique dont dépend l’établissement où sont conduit les études.