Communiqué / Publication


Un nouveau laboratoire franco sud-africain en écologie et environnement

Prof. Sibongile Muthwa, vice-chancellière de l’université Nelson Mandela, et Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, ont inauguré jeudi 5 décembre à Port-Elizabeth (Afrique du Sud) l’International Research Laboratory Rehabs (Reconciling Ecological land and Humans Adaptations for Biosphere Sustainability). Créé pour une durée de 5 ans entre le CNRS, l’Université Claude Bernard Lyon 1 et l’université Nelson Mandela, en partenariat avec les South African National Parks et l’université d’Angers, ce laboratoire en écologie et environnement s’inscrit dans un contexte de collaborations initiées en 2015 au sein du site d’étude en écologie globale « garden route ».

Rehabs se veut un “hub” pour la recherche innovante sur les socio-écosystèmes et la biosphère à l’heure de l’anthropocène. Il s’articule autour de quatre thèmes de recherche :
 
1. L’être humain en tant qu’espèce hyper dominante, ou hyper espèce clé de voûte : comprendre comment la réaction de la biodiversité et des écosystèmes à l’activité humaine constitue une force dominante dans le fonctionnement de la biosphère à l’ère de l’anthropocène.
2. Contribution de la nature à l’individu et à l’humanité : concilier les perspectives relatives au développement, à l’innovation, au risque et au bien-être avec les fondements de la biosphère et le pluralisme culturel
3. Gestion environnementale et co-viabilité dans un contexte de paysages multifonctionnels pour la gestion active des milieux ruraux, marins et urbains dans les conditions nouvelles de l’anthropocène.
4. Méthodes et approches pour mener à bien des études socio-écologiques à long terme et conduire une recherche engagée : élaboration d’un cadre, conception conjointe de protocoles, analyses, co-apprentissage et engagement.
 
Avec Rehabs, le CNRS porte à trois le nombre de ses International Research Laboratories en Afrique, sur les 70 que l’organisme compte à travers le monde. Cette présence sur le continent africain est appelée à croître dans les toutes prochaines années, le CNRS affichant l’ambition de collaborer plus et mieux avec les pays du continent.
© Nelson Mandela University

Publié le 6 décembre 2019