Evènement / Annonce


[Théâtre Astrée] Théâtre et Histoire

Ces mots pour Sépulture : jeudi 24 novembre
La Casa de Bernarda Alba : mardi 29 novembre

Fin novembre, deux spectacles autour des enjeux historiques : la Shoah et l'Espagne des années 1930





 





Nous suivons la vie de Benjamin Orenstein, qui, enfant, voit les SS arriver dans son village polonais en 1940 : désormais, les Juifs ont obligation de porter un brassard blanc imprimé d’une étoile de David et interdiction de sortir du village sans un laissez-passer. Vexations, rafles et exécutions sont quotidiennes. Au printemps 1941, son père est arrêté. Benjamin, âgé de treize ans seulement, prend sa place et est envoyé au camp de travail d’Ieniszow.

Il parvient à s’évader un première fois, mais le 13 octobre 1942, nouvelle rafle totale du village, Benjamin et ses frères sont emmenés cette fois au camp de Rachow. Ses parents et sa sœur sont, quant à eux, déportés. Prisonnier, il est transféré de camps en camps jusqu’à Auschwitz en août 1944 et participera à la marche de la mort. Il sera le seul de sa famille à survivre aux camps.

Issus d’un travail de documentation, et réalisés dans un souci de vraisemblance historique, la scénographie associée à un travail précis sur la photo, la lumière et la musique permettent de rendre compte de l’image presque fantomatique de ces personnages qui ont vécu pendant plus de six ans à l’écart d’un monde en perte de sens.

compagnie Instrusion
Jeudi 24 novembre à 19 h 19
Gratuit étudiant, 6 € personnels & conjoints, réservation conseillée.












Dans ce drame en trois actes, Garcia Lorca dépeint l’Andalousie de 1930 et y dénonce l’Espagne prisonnière de ses croyances, traditions et superstitions. À travers trois générations de femmes emmurées, ce texte interroge l’essence même de la tyrannie, intime et politique.

Il raconte l’histoire de Bernarda Alba, femme andalouse de 60 ans, crainte et respectée de tous, jusqu’à sa mère et ses filles qui, bien que majeures depuis longtemps, habitent encore chez elle. Alors qu’elle vient juste d’enterrer son second mari, Bernarda Alba impose à toutes les occupantes de la maison un deuil très strict de huit ans, comme l’exige la tradition et la bienséance qu’elle respecte religieusement. C’est dans cette ambiance de silence et de deuil qu’elle accepte enfin de marier sa fille aînée de 39 ans, déjà ! Malheureusement, l’élu, le séduisant Pepe El Romano, se trouve être la convoitise de la majorité des sœurs Alba.

Mardi 29 novembre à 19 h 19
Compagnie Anda Jaleo
Gratuit étudiant, 6 € personnels & conjoints, réservation conseillée.

Publié le 14 novembre 2022