Publication, Santé


Restaurer la conscience grâce à la stimulation du nerf vague

Aux côtés d’une équipe de médecins, des chercheurs de l’Institut des Sciences Cognitives ont ouvert une voire thérapeutique inédite : stimuler le nerf vague d’un patient plongé dans le coma.

Les patients plongés dans un état végétatif présentent de sérieuses altération de la conscience, causées par des lésions dans le cerveau au niveau du cortex, du tronc cérébral et de la matière blanche.

Il existe un consensus scientifique sur le fait que cet état végétatif pourrait impliquer des défaillances dans la connectivité longue-distance cortico-corticale et thalamo-corticale.

Pendant l’état végétatif, l’activité du cortex présente par conséquent une « désafférentation[i] de la modulation subcorticale, et/ou est perturbée principalement entre les régions fronto-pariétale.

La stimulation pour sortir de l’état végétatif

Certains de ces patients plongés dans un état végétatif entrent en rémission, d’autres non. La signature neuronale de la rémission spontanée est associée à une augmentation de l’activité thalamo-corticale et à une connectivité fonctionnelle améliorée au niveau fronto-pariétal.

La probabilité pour ces patients de recouvrer la conscience dépend de l’étendue des dommages cérébraux et de leur étiologie personnelle. On constate cependant une baisse des chances après une année d’absence de réponse.

Nous sommes donc face, pour soigner ces patients, à un besoin d’explorer de nouvelles pistes de rétablissement de la conscience.

Signée par l'équipe d'Angela Sirigu à l'Institut des Sciences Cognitives, une publication rapporte des effets bénéfiques, constatés suite à la stimulation du nerf vague, sur l’état de conscience d’un patient plongé dans un état végétatif. Ces bénéfices incluaient une réponse cérébrale accrue et des schémas de connexion cérébrale améliorés.

Les résultats de cet essai pilote ont été publié dans la revue Current Biology le 25 septembre 2017.

D’autres essais en perspectives

Il est maintenant essentiel de poursuivre la recherche afin de confirmer ces premiers résultats tant au niveau clinique qu’un niveau fondamental ; au total 4 patients seront concernés.

L’objectif est d’évaluer le bénéfice de la stimulation du nerf vague sur le niveau de conscience, la vie relationnelle de patients en état végétatif ou pauci-relationnel mais aussi de rechercher quels sont les patients les plus à même de bénéficier de cette technique et à quel moment de leur évolution. Il importe également déterminer la tolérance et identifier les risques éventuels.

Un autre enjeu est de rechercher quelle est la place de cette intervention à côté des autres approches qui existent déjà : approche médicamenteuse comme l’amantadine ou le stilnox (zolpidem), approches non médicamenteuses comme les stimulations sensorielles ou la musique.

« A ce stade, ces résultats doivent être accueillis avec enthousiasme pour l’espoir qu’ils suscitent mais aussi avec prudence car il s’agit d’un seul patient, qu’il n’y a pas de situation contrôle et que les effets restent modestes en termes de modification comportementale », ont indiqué les Hospices Civiles de Lyon, qui pilotaient le volet clinique de cette étude.



1 Absence partielle ou totale de perception

Publié le 25 septembre 2017 Mis à jour le 28 septembre 2017