Evènement / Annonce


MT180 : Un podium 100% Lyon 1 à la finale locale de 2019

La finale locale Université de Lyon du concours Ma thèse en 180 secondes (MT180) s’est déroulée jeudi 28 mars 2019 dans le Grand amphithéâtre de l’Université de Lyon. C’est devant une salle comble que sept doctorantes et doctorants de l’Université Claude Bernard Lyon 1 ont présenté leurs sujets de thèse, entre humour et appréhension, avant l’attribution des trois prix du jury et du prix du public : tous décrochés par des candidates de Lyon 1 !


Les doctorantes et doctorants de la finale locale Université de Lyon MT180 2019.


Ma Thèse en 180 secondes propose à quatorze doctorantes et doctorants du site Lyon Saint-Etienne de présenter, en 3 minutes, devant un jury et un auditoire diversifié, leur sujet de recherche en des termes simples, concis et néanmoins convaincants. Jeudi 28 mars, lors de la finale locale Université de Lyon, près de 350 personnes s’étaient réunies pour soutenir leur candidat favori. 

Carton plein pour les lauréates Lyon 1

Le jury, composé de chercheurs, journalistes et représentants du monde socioéconomique, a décerné les trois prix du concours à trois doctorantes de l’Université Lyon 1.

C’est Amira Saoudi qui a remporté le premier prix du jury, pour sa thèse sur « L'étude des phénomènes de mécanoluminescence dans les fibres textiles », menée à l'Université Claude Bernard Lyon 1 au sein de l’ILM. Derrière cet intitulé, elle s’intéresse aux solides qui produisent de la lumière après déformation. Le 28 mars Amira a fait des étincelles ! Première candidate sur scène, elle a débuté sa présentation en interpellant le public : "Avez-vous déjà essayé de casser un morceau de sucre dans le noir ?".
 

Amira Saoudi
 
Noëlle Remoué, doctorante à Lyon 1 rattachée au LBTI, a quant à elle remporté le second prix du jury pour sa thèse intitulée « Étude de la cicatrisation des plaies diabétiques neuropathiques dans un modèle animal » qui vise à optimiser la cicatrisation des plaies dues au diabète ! Elle a par ailleurs remporté le prix du public suite au vote des spectateurs présents. 
 
"Ce soir, j'ai mis des talons et j'ai mal aux pieds : ce sont les nerfs dans la peau de mes pieds qui envoient le message de la douleur jusqu'à mon cerveau... Ils sont comme des journalistes qui nous informent en permanence de ce qu'il se passe autour de nous !" Bel incipit pour Noëlle ce soir-là !  
 

Noëlle Remoué (à droite)
 
Enfin, Éléonore Mathis, a remporté le troisième prix du jury avec sa thèse « Étude des mélanges thermodurcissable/thermoplastique pour applications composites. Contrôle des morphologies en relation avec les propriétés mécaniques », réalisée à Lyon 1 au LPMA. Son objectif : alléger les avions ! Sa prestation a été remarquée pour son humour : elle a remplacé pour son exposé les noms de ces sujets d'étude « thermodur et thermoplatisque » par les prénoms d’un couple fictif « Arthur et Monique ».
 

Eléonore Mathis

Félicitations !

L'Université Lyon 1 adresse toutes ses félicitations aux trois lauréates ainsi qu’à toutes les candidates et tous les candidats Lyon 1 pour leurs performances de vulgarisation scientifique :
  • Laura CHALENÇON (CRNL - Neuropop) « Mécanismes neuronaux responsables de la valeur hédonique des odeurs et ses altérations au cours du vieillissement »
  • Nathalie COUTURIER (Institut Neuromyogène) « Identification de nouveaux régulateurs du positionnement nucléaire dans les fibres musculaires striées squelettiques 
  • Thomas MERLETTE (LPMA) « Plasticité des polymères vitreux : théorie et simulations »
  • Dorian ZIEGLER (CRCL) « Rôle du canal calcique ITPR2 et des membranes associées aux mitochondries (MAMs) dans la régulation de la sénescence cellulaire »

 
Les sept doctorantes et doctorants Lyon 1 de la finale locale MT180 2019

 

Lire le focus "MT180 : palmarès de l'Université Lyon 1 depuis 2014". 

En savoir plus sur le concours MT180 : rendez-vous sur le site de l’UdL

Suivez l’actualité de “Ma thèse en 180 secondes” avec le hashtag #MT180.
 
Crédits photographiques : Université de Lyon / Aline Chalchat Université Lyon 1
 
Publié le 28 février 2019 Mis à jour le 11 avril 2019