Evènement / Annonce


[MT180] Bastien Marguet en finale nationale

Doctorant à l'ILM, Bastien représentera Lyon 1 lors de la finale nationale de MT180, qui se déroulera à Lyon le 31 mai prochain.

Bastien Marguet
Bastien Marguet


Pour sa présentation du graphène, Bastien Marguet a semble-t-il trouvé la bonne recette. Actuellement en troisième année de thèse à l’Institut Lumière Matière, il s’est qualifié vendredi dernier pour la finale nationale de « Ma thèse en 180 secondes », qui se déroulera à Lyon le 31 mai 2022.

Pourtant, Bastien ne se destinait pas à la recherche, bien qu’il était « sur une voie toute tracée » reconnait-il. Passé par l’École normale supérieure de Cachan, et après une agrégation de Physique-Chimie, il ressent le besoin de s’éloigner d’un parcours sans accroc, et lui apparaissant trop « linéaire ». « J’avais envie de me libérer de la pression des études, de la pression sociale pour me reposer les vraies questions : faire une thèse ou pas en était une » confie-t-il.

Le déclic viendra lors d’un séjour d’un an au Japon, où il effectue un stage en laboratoire indépendamment de ses études. Une année sabbatique dans un pays qui lui était jusqu’alors totalement inconnu. De cette expérience, il garde un souvenir intense et voit la confirmation d’aller vers une nouvelle aventure, celle de la thèse.
 

La recette du graphène pour le milieu industriel

Aujourd'hui, Bastien étudie à l'aide de simulations numériques la croissance de matériaux particuliers tel que le graphène. Synthétisé en 2004 par deux chercheurs, ce matériau possède des propriétés très particulières. Les scientifiques ont très rapidement décelé son potentiel d’application – six ans après leur découverte, les chercheurs recevaient le prix Nobel de Physique – et espèrent un jour voir le graphène remplacer le silicium dans l’électronique du futur.

Il n'en demeure pas moins un obstacle de taille : produire du graphène reste couteux. Car si la recette utilisée par les deux prix Nobel semble assez simple – du graphite auquel on arrache des feuillets de carbone avec du scotch –, le passage à la dimension industrielle est une autre histoire. C'est l'objet de la thèse de Bastien : « cette problématique qui se pose pour le graphène se retrouve en fait dans de nombreux nouveaux matériaux. il s'agit de trouver les moyens de les produire à grande échelle et en milieu industriel », explique-t-il.

En attendant, pour en découvrir plus sur le graphène, venez soutenir Bastien lors de la finale nationale de MT180, programmée le 31 mai à Lyon, sur la scène de la Bourse du travail.

Nous lui souhaitons bonne chance !

crédits photographie - Eric le Roux/Dircom Lyon 1
 

[ Assister à la finale ]

Revoir sa présentation à la finale locale

Publié le 18 mai 2022