Geste éco-citoyen


Geste éco-citoyen | Shampooings : comment en finir avec les détergents industriels

Produits de notre quotidien, les shampooings contiennent des détergents qui ne sont pas sans dangers pour notre santé et notre environnement. Simple et bénéfique, on vous propose de faire des shampooings homemade, vos nouveaux alliés, mais aussi de revoir vos modes d’achat !


Le saviez-vous?

Une chevelure revitalisée, plus brillante, plus facile à coiffer et plus volumineuse, telle est la promesse de tous les shampooings chimiques. Mais contre toute attente, un shampooing n’est pas lavé de tout danger.

La mousse qu’il produit, longtemps synonyme d’efficacité, est constituée de Sodium Lauryl Sulfate (SLS), un tensio-actif permettant d’éliminer entre autres la saleté présente sur les cheveux grâce à une puissante action détergente. Si puissante, que le SLS est couramment utilisé pour le nettoyage des sols industriels et des moteurs. Une nouvelle qui a de quoi faire dresser les cheveux sur la tête !

Autre nouvelle inquiétante, le SLS n’est pas le seul produit concerné : silicone, parabène, ethers de glycol, alkylsphénols, ne sont que quelques exemples des autres substances indésirables et dangereuses que l’on peut retrouver dans les shampooings.
 

> Effets sur la santé

Irritant cutané dès 0,5 % de concentration, le SLS représente jusqu’à 30 % de concentration dans certains shampooings. Plus préoccupant encore, selon un article publié au « Journal of the American College of Toxicology », le SLS et autres composés toxiques seraient capables de pénétrer dans les tissus et d’être à l’origine de plusieurs cancers. Ces composés sont également soupçonnés d’augmenter fortement le taux de nitrates dans le sang.
 

> Effets sur l’environnement

Ces produits dangereux et toxiques pour les organismes vivants ont la propriété d’avoir une biodégradabilité extrêmement faible, qui n’est pas sans conséquences pour l’environnement. A titre d’exemple, le SLS, après avoir été évacué dans les canalisations de douche, mettra 400 à 500 ans pour se dégrader

 

Pour agir

Pour en finir définitivement avec les substances douteuses et leurs effets néfastes, deux types d’alternatives sont possibles :


>
 Réaliser un shampooing homemade

Simple, naturel, et économique, voici un exemple de « recette de grand-mère » qu’il est possible de réaliser directement chez soi :

  • Mélanger dans un bol 2 jaunes d’œufs, 1 cuillère (1 c.) à soupe de rhum, 1 c. à soupe d’huile d’olive et 1 c. à soupe de jus de citron ;
  • Appliquer le mélange en massant le cuir chevelu ;
  • Rincer abondamment à l’eau froide.
Astuce : chaque ingrédient a son propre effet, se renseigner pour savoir lequel est le mieux adapté à votre chevelure.


>
 Acheter directement un shampooing écologique dépourvu des substances dangereuses citées précédemment.

Faute de temps ou d’argent pour un shampoing homemade ou écologique, de bons gestes peuvent toutefois être adoptés au quotidien :


>
 Regarder la composition des shampooings : l’Association « UFC que choisir » a dressé une liste des substances dangereuses contenues dans les shampoings ;


>
 Boycotter les produits dont la composition semble douteuse.


>
 Pour les plus modernes, certaines applications disponibles sur smartphones ou tablettes permettent de scanner les produits et d’informer des risques liés à ceux-ci. Cosmethics ou pharmapocket sont parmi les plus efficaces.


Après les shampooings, ce sont aux produits ménagers qu’il faudra penser. Là aussi de nombreuses alternatives existent, alors let’s go: do it yourself, do it for your health !


Quelques liens utiles :

https://www.oolution.com/bloog/blog/2014/04/25/sodium-lauryl-sulfate-pourquoi-eviter-les-detergents-sulfates-en-cosmetique/

https://www.grands-meres.net/shampoing-aux-oeufs-et-au-rhum/

https://www.encyclo-ecolo.com/Laurylsulfate_de_sodium

https://www.quechoisir.org/comparatif-ingredients-indesirables-n941/


Ce « Geste éco-citoyen » est rédigé par les étudiants et étudiantes de l’Ig2e, en collaboration avec le pôle développement durable de la Direction du Patrimoine de l’Université. Une façon ludique de faire découvrir chaque mois des gestes simples permettant d’entrer facilement dans une démarche écocitoyenne
Publié le 4 janvier 2018 Mis à jour le 2 mars 2018