Evènement / Annonce


Faut-il laisser l’Océan au repos ?

En écho à la Journée mondiale des océans le 8 juin prochain, se sont déroulés 3 conférences scientifiques en ligne pour s’interroger sur le devenir des fonds marins.

Cet événement, dans lequel l'université Claude Bernard est impliqué, a été retransmis en direct sur Popsciences, ainsi que sur Facebook et Youtube.

Le confinement généralisé a offert une trêve aux écosystèmes marins. Pendant quelques semaines, le bruit des moteurs, les chantiers offshore, la surpêche ont drastiquement baissé en intensité. Difficile de penser au monde d’après sans réinventer notre rapport aux écosystèmes marins et à l’usage que nous faisons de leurs richesses. L’occasion de sceller un nouveau pacte avec l’Océan. 

  • Pollutions plastiques des océans. L’état d’urgence est déclaré ! Avec Henri Bourgeois Costa, expert en économie circulaire pour la mission de la Fondation Tara Océan sur les pollutions plastiques.
     
  • Préserver la machinerie océanique et sa fonction de régulatrice majeure du climat. Avec Sylvain Pichat, Maitre de conférences en géologie et paléo-océanographie, à l’ENS de Lyon (Laboratoire de Géologie de Lyon*) et chercheur invité au Max Plank Institute.
     
  • Sanctuariser 30% des aires marines : un défi géopolitique. Avec Kiara Néri, Maîtresse de conférences en droit international et maritime, à l’Université Jean-Moulin Lyon 3 (Centre de droit international).
     
Pour visionner ces 3 conférences en replay, rendez-vous sur popsciences

Un magazine spécial Pop'sciences sur les océans a également été édité à l'occasion de cet événement. Des chercheurs et chercheuses nous font ainsi découvrir un monde caché sous la surface. Cette édition a notamment impliqué Rémi Barbier, Maitre de conférence à l'université Claude Bernard Lyon 1 (Institut de physique des deux infinis*), en nous éclairant sur les surprenants phénomènes de bioluminescence qui se produisent au fond des océans. 

* Laboratoire de géologie (LGL-TPE - Université Claude Bernard Lyon 1 / CNRS / ENS de Lyon)

* Institut de physique des deux infinis (IP2I - Université Claude Bernard Lyon 1 / CNRS)


Publié le 4 juin 2020 Mis à jour le 16 juin 2020