Evènement / Annonce, Formation


Une coopération entre Lyon 1 et le Japon autour de grands événements sportifs

Lyon 1 et l'université de Yamanashi-Gakuin au Japon collaborent dans le cadre d'un projet de recherche et formation porté au laboratoire L-Vis et visant à évaluer l'impact d'événements sportifs comme les Jeux olympiques de Tokyo 2021 sur la pratique sportive.

Quels liens entre événements sportifs et pratique de l’activité physique ? De grands événements comme une coupe du monde, ou des jeux olympiques favorisent-ils le développement de la pratique du sport ? C’est pour répondre à ces questions que l’Université Lyon 1 et l’Université de Yamanashi-Gakuin (Préfecture de Yamanashi) collaborent dans le cadre d’un projet SCUSI (Soutien aux coopérations universitaires et scientifiques internationales) de la Région AURA (1).
 

Un programme d'échange d'étudiants entre la France et le Japon...

Cette collaboration s’organise autour d’évènements sportifs majeurs qui se sont déroulés ou vont se dérouler en France et au Japon : la coupe du monde de rugby 2019 et les Jeux Olympiques et paralympiques 2021 au Japon, et les mêmes événements en France prévus en 2023 et 2024.

ActuRecherche - Coupe du monde rugby 2019
ActuRecherche - Coupe du monde rugby 2019


Le projet proposé par Olivier Nier, maître de conférences aux STAPS à Lyon 1 et chercheur au Laboratoire L-VIS (2), vise aussi à construire un programme spécifique d’échange au profit des étudiants STAPS en management du sport. Ainsi, deux étudiants se sont déjà rendus à l’Université Yamanashi-Gakuin à l’occasion de la coupe du monde de rubgy 2019 et des échanges sont prévus à l’occasion des jeux olympiques et paralympiques de Tokyo. Les étudiants réaliseront leur stage en tant qu'agent de liaison (Comité national olympique et sportif français) des différentes fédérations françaises en binôme avec un étudiant japonais de l’Université de Yamanashi-Gakuin. La Préfecture de Yamanashi (Mont Fuji) sera pour les J.O. le camp d'entraînement de dix fédérations Françaises avant de rejoindre le village olympique (Basket ball, Hand ball, Rugby, Volley ball, Escrime, Lutte, Cyclisme sur route, BMX, Tennis de table, Triathlon).
 

...et de recherche en STAPS

En parallèle de cette collaboration, il s’agit d’initier un partenariat scientifique franco-japonais sur le long terme, jusqu’aux JO de 2024. L’objet de cette recherche démographique et sociologique concerne les différences de sportivité entre la population japonaise et la population française, et finalement sur les effets attendus de ces deux événements majeurs au Japon et en France sur la sportivité des populations. Les différences culturelles constituent à la fois un frein (communication et traduction) et un catalyseur de la recherche (apports sociologiques du contraste culturel).

ActuRecherche - Coupe du monde rugby 2019
ActuRecherche - Coupe du monde rugby 2019


Pour l’heure, sous la direction de Toshiro Endo (doyen de la faculté des sciences du sport de l'université japonaise) des chercheurs de la faculté des sciences du sport de l’Université de Yamanashi Gakuin (3) ont déjà initié une recherche longitudinale locale sur l’influence de la Coupe du Monde de Rugby 2019 (CMR). Ainsi, la première étape est de dresser un état des lieux de la sportivité et du rapport des personnes avec les activités physiques et sportives dans les villes hôtes, les villes proches et le Japon dans son ensemble.

A partir de trois enquêtes réalisées par questionnaires avant l’événement, les chercheurs japonais ont montré que les personnes résidant dans les villes qui ont accueilli l’équipe de France de Rugby - Fujiyoshida et Fujikawaguchiko – attribuent une place prépondérante au sport dans la hiérarchie de leurs valeurs mais possèdent une proportion de pas et peu pratiquants un peu plus forte.

Historiquement, ce sont des villes qui sont en prise avec l’activité physiques et sportive et le tourisme sportif, notamment par la présence du « Fuji-San » (Mont Fuji) et par de nombreux espaces nautiques et montagneux ou encore le golf. Comparativement, c’est moins le cas des personnes de la région de Yamanashi et le Japon globalement. Des enquêtes menées après la Coupe du monde sont actuellement en cours de traitements afin de d’identifier d’éventuelles évolutions.

ActuRecherche - Coupe du monde rugby 2019
ActuRecherche - Coupe du monde rugby 2019

crédits images - Université de Yamanashi-Gakuin
 


(↑1) Les chercheurs japonais qui composent ce projet sont Toshiro Endo le doyen de la faculté des sciences du sport, deux professeurs (Hiroyuki Kajihara et Sanae Koyama), deux maîtres de conférences (Hidehiro Kasano et Tetsuya Yabe) et deux professeur assistants (Iizuka Shun et Hiroki Shibata).

(2) Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport (L-Vis - Université Claude Bernard Lyon 1

(3) Toshiro Endo, Hiroyuki Kajihara, Koji Yoshida, Sanae Koyama, Hidehiro Kasano,  Tetsuya Yabe, Iizuka Shun, Hiroki Shibata

Publié le 17 mars 2021 Mis à jour le 26 juillet 2021