Communiqué / Alerte presse


L’hydroxychloroquine testée chez des macaques infectés par SARS-CoV-2

Une étude préclinique, impliquant des scientifiques du CIRI*, indique que l’hydroxychloroquine n'a pas d’effet antiviral contre le SARS-CoV-2 in vivo.

Les résultats d’une étude sur les effets de l’hydroxychloroquine, associée ou non à l'azithromycine, dans un modèle d’infection expérimentale chez le macaque par le virus SARS-CoV-2, l’agent infectieux responsable de la pandémie de la COVID-19, font l’objet d’une publication dans la revue Nature. Réunissant des scientifiques du CEA, de l’Inserm, de l’Institut Pasteur, du CNRS, de l’Université de Paris-Saclay, de l’AP-HM, de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et Aix-Marseille université, l’étude a été réalisée sous l’égide du consortium multidisciplinaire REACTing. 

Les résultats indiquent que l’hydroxychloroquine n’a pas protégé les animaux lorsqu’elle était utilisée en prévention de l’infection. L’étude montre également que l’hydroxychloroquine, qui possède des propriétés antivirales dans certains tests in vitro (à l’aide de cellules en culture), n’a pas d’efficacité antivirale in vivo chez le macaque dans les conditions spécifiques de ces travaux, et ce malgré une exposition pulmonaire importante. 

Retrouvez le communiqué de presse complet porté par le CEA.

*Centre international de recherche en infectiologie (CIRI - Université Claude Bernard Lyon 1 / INSERM / CNRS / Ens de Lyon)

Article référence :
Maisonnasse, P., Guedj, J., Contreras, V., Behillil, S., Solas, C., Marlin, R., ... & Kahlaoui, N. (2020). Hydroxychloroquine use against SARS-CoV-2 infection in non-human primatesNature, 1-8.
Publié le 29 juillet 2020 Mis à jour le 30 juillet 2020