Publication scientifique


Le coussin d’infection de champignons phytopathogènes : une arme de destruction massive de la plante

Des chercheurs du laboratoire MAP ont identifié les rôles d’un organe spécifique de champignons, l’appressorium, impliqué dans la dégradation des plantes parasitées.

Les champignons sont les principaux agents pathogènes des végétaux et occasionnent chaque année des dégâts considérables sur les plantes cultivées. Ils s’appuient pour cela sur un organe appelé appressorium dédié à la pénétration des tissus de l'hôte. Cette structure est capable de rompre les premières barrières végétales grâce à des mécanismes physiques et/ou biochimiques d’une efficacité redoutable.

En particulier, certains champignons responsables de pourritures sur les fruits et légumes, de fusariose ou du piétin verse sur céréales, produisent un appressorium pluricellulaire appelé coussin d’infection. Or cette structure a jusqu’à présent été très peu étudiée au niveau moléculaire.

Afin de mieux comprendre son rôle et son fonctionnement, des chercheurs du laboratoire Microbiologie, adaptation et pathogénie (MAP – Université Claude Bernard Lyon 1/CNRS/INSA Lyon) se sont appuyé un organisme modèle : Botrytis cinerea, agent de la pourriture grise de la vigne et des plantes maraîchères, mais aussi connu pour son rôle bénéfique de pourriture noble dans la maturation de grains de raisin pour la confection de vins liquoreux tels que le Sauternes, ou le Bonnezeaux.

L’analyse de l’ensemble des ARN messagers produits et des protéines sécrétées par cet organisme a permis aux chercheurs de proposer de nouveaux rôles pour cet organe fongique, notamment dans l’induction de la phase nécrotrophe - où le parasite tire sa nourriture des tissus tués par lui - et de la colonisation de la plante. Cette structure sécrèterait massivement des enzymes dégradant la paroi végétale, ainsi que des protéines et des toxines induisant la mort cellulaire des cellules végétales.

Ces résultats constituent ainsi une avancée conséquente dans la compréhension du cycle infectieux des champignons afin de proposer de nouvelles stratégies de lutte contre ces parasites.

 

Source

Choquer M, Rascle C, Gonçalves IR, de Vallée A, Ribot C, Loisel E, Smilevski P, Ferria J, Savadogo M, Souibgui E, Gagey MJ, Dupuy JW, Rollins JA, Marcato R, Noûs C, Bruel C and Poussereau N (2021) The infection cushion of Botrytis cinerea: a fungal ‘weapon’ of plant-biomass destruction. Environmental Microbiology. 23, 2293-2314.
Doi : https://doi.org/10.1111/1462-2920.15416
 

Contact scientifique 

Mathias CHOQUER, maître de Conférences de l’université Lyon 1
mathias.choquer@univ-lyon1.fr

Publié le 1 juin 2021