Publication scientifique


Effets surprenants de certains anticorps neutralisant la protéine Spike du SARS-CoV-2

En analysant in vitro des anticorps neutralisant de la protéine Spike, une équipe de chercheurs du CIRI démontrent l'importance du choix des motifs antigéniques à cibler sur la protéine Spike du SARS-CoV-2.

L’infection par le virus SARS-CoV-2 est initiée par la liaison de sa protéine de surface Spike au récepteur cellulaire ACE2, suivie de la fusion de la membrane virale avec celle cellulaire. Le développement d’anticorps neutralisant la protéine Spike, constitue ainsi une stratégie d’intérêt pour prévenir l’infection des cellules cibles du SARS-CoV-2. Les scientifiques ont criblé in vitro une banque d’anticorps bloquant de manière compétitive la liaison au récepteur ACE2 et en ont caractérisé des efficacités très divergentes de neutralisation contre le virus. Certains anticorps ont en effet démontré des propriétés stimulatrices de la fusion membranaire médiée par la protéine Spike, pouvant aller jusqu'à la formation de syncytia cellulaires, associée aux dommages tissulaires chroniques observés chez les patients COVID-19.

Lire l'intégralité de cette brève scientifique sur le site du CNRS INSB.
 

Contacts scientifiques

Manuel Rosa-Calatrava, Chercheur Inserm au sein de l'équipe VirPath du Centre international de recherche en infectiologie CIRI (Inserm/CNRS/ENS Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1)
+33 4 78 77 10 37 | manuel.rosa-calatrava@univ-lyon1.fr
 
Olivier Terrier, Chercheur CNRS au sein de l'équipe VirPath du Centre International de Recherche en infectiologie
+33 4 78 77 10 37 | olivier.terrier@univ-lyon1.fr
 
Publié le 7 juin 2021