Accès direct au contenu

Accueil > CAMPUS > Culture

Expositions



Luca Gilli - Blank


Exposition du 23 septembre au 21 novembre 2014
Vernissage le 23 septembre à 18h30 en présence de l'artiste

Galerie Domus



« ... Comme la page blanche qui fait ressortir les caractères d’imprimerie, le blanc des images de Gilli est non seulement d’une infinie variété mais il peut servir d’écrin et de faire-valoir aux autres couleurs... »
Quentin BAJAC, chef du cabinet de la photographie,
Centre Pompidou et Musée national d’art moderne Paris

Simultanément à l'enssib, en partenariat avec la Galerie Domus :
Islanda
Photographies de Luca Gilli



Marie Bienaimé - Le ciel est, par-dessus le toit...


Exposition du 12 juin au 25 juillet 2014
Vernissage le 12 juin à 18h30 en présence de l'artiste

Galerie Domus



Dans ce lieu chargé d’ondes, devant les murs et derrière les barreaux et barbelés pour quelques toutes petites heures, il me fut permis de passer de cellule en cellule, déambuler dans les couloirs, arpenter les salles dont l’usage passé restera pour moi un mystère.

Un monde étrange s’ouvrait et j’étais là, sans guide ni parole, à chercher un je ne sais quoi de trace ou de discours, comme pour arranger ce que j’imaginais. Le monde carcéral est dur, cruel, c’est une punition. Mais devant les dessins de Titi ou les photos de motos découpées dans les magazines, j’avais parfois l’impression d’être dans la chambre de jeunes adolescents, et je me suis alors demandé ce qui avait poussé tous ces «pensionnaires» à atterrir ici. Quels méfaits, quels crimes, quelles violences ? Les traces, les écailles de peinture, le vent dans les fenêtres, les portes à terre pourraient-ils m’en parler ?
Marie Bienaimé


Christophe Guery - Enroulements


Exposition du 13 mars au 18 avril 2014
Vernissage le 13 mars à 18h30 en présence de l'artiste

Galerie Domus



« … La photo est pour moi histoire d’émotions. Celles qui me traversent en permanence, celles qui s’incrustent dans ma tête et tournent en mots, en lumières…
Je pose mon regard sur le monde, avec ou sans appareil. Il me faut du temps, j’ai besoin de lenteur. Ainsi, l’image qui naît parle aussi de moi, de mes fragilités, de ce qui est en creux en moi…
Le contre-jour me va bien.
Il me faut de l’espace, du silence, pour voir, sentir, ressentir et cet espace, ce silence irriguent ma photo.
Ce que l’on voit, ce que l’on devine, ce qui échappe, ce qui affleure peut-être…
La mer, l’architecture, la nature ce sont des thèmes qui me parlent. Je les décline avec un attrait pour la lumière, la ligne, l’infini (ou à l’opposé le détail); la volonté « d’entrer » dans le sujet, un traitement « plastique » de ce que je vois. »
Christophe Guery



rédigé par AURELIE LOIRE

mise à jour le 18 septembre 2014